Les tapis persans de Ghoum

Tapis Ghoum Soie Scenes de Chasse droit

Les tapis de Qom sont confectionnés dans la région du même nom, en Iran. Ils sont également commercialisés sous les appellations de Ghoum, Ghome, Gom, Qum et Kum. Ils ont fait leur apparition en 1930 et ont connu le succès, grâce à leur excellente qualité et leurs motifs variés.

La ville et la production

Ghoum ou Qom est situé sur les rives d’un fleuve asséché, à 150 km au sud de Téhéran, dans le centre de l’Iran. Deuxième ville sainte du pays, centre théologique et lieu où est enterré le huitième imam « Ghom », elle n’est connue pour la tapisserie que depuis la seconde moitié du XXe siècle.

Les premiers métiers à tisser sont apparus dans les années 1930, sous l’impulsion d’un groupe de marchands de Kashan. Très vite, le raffinement de leur technique, la grande variété des dessins inspirés des tapis persans et des traditions anciennes ont rencontré le succès voulu.

Le nœud persan, les velours en laine ou en soie et les motifs variés dont les détails en soie sont caractéristiques de ces magnifiques pièces. À noter qu’il existe des modèles entièrement fabriqués en soie. Cependant, la laine reste la principale matière de la plupart des tapis.

Les motifs et les couleurs

Les tapis Ghoum possèdent un aspect très coloré, avec un fond blanc ou ivoire qui met en valeur les motifs. Très caractéristique des tapis persans, le boteh, un dessin en forme d’amande et dans certains cas de cyprès, est très utilisé. Le zil-e sultan représente deux vases superposés, ornés de rose et de branches fleuries. Parfois, des motifs d’oiseaux sont posés sur le vase.

Les motifs inspirés des tapis d’Esfahan, notamment des fleurs sur un fond uni, en l’occurrence ceux de Kashan avec un médaillon central, et ceux de Bakhtiari, fait de dessins en damiers sont également très utilisés. Des dessins de plantes et d’animaux sont bien évidemment courants.

Concernant la teinture, les couleurs vives sont légions, contrairement à ce qui se faisait dans les années 1970, durant lesquelles les tons bien plus ténus et éteints étaient en vogue. Pour le champ, les couleurs rouge, bleu, bleu ciel et crème sont très courantes.

Les matières et le tissage

Les matières qui servent à confectionner les tapis de Ghoum sont de la laine de liège de haute qualité ou de la soie naturelle pure. Les deux sont mélangés pour obtenir du velours, mais dans les pièces très précieuses, seule la soie est utilisée.

Concernant la chaîne et la trame, le coton est la seule matière employée. Concernant la coloration, la laine à teindre est d’abord déposée dans un bain concentré d’alun (mordant). Les colorants sont d’origine végétale, animale et minérale.

Ces types de tapis persans sont magnifiques et très raffinés, en raison de la haute densité de nœuds qui peuvent atteindre un million par mètre carré. Le nouage est donc très fin et les détails soigneusement travaillés. Lorsqu’il s’agit de soie, l’opération est plus compliquée et nécessite beaucoup de patience et de dextérité. Lors d’un voyage en Iran, l’achat d’un tapis Ghoum est possible.